Accueil du site
Coordination marée noire 2



  marins turcs

    dimanche 1er février 2004


L’Union maritime CFDT dénonce le sort des marins sur des navires turcs L’Union fédérale maritime FGTE-CFDT a dénoncé vendredi à Marseille plusieurs cas de "traitements inacceptables de marins sur des navires battant pavillon turc", notamment sur le Nurettin Kalkavan, reparti jeudi de Port-Saint-Louis du Rhône après plusieurs semaines d’immobilisation. "Les équipages turcs sont souvent victimes de mesures de rétorsion lorsqu’ils cherchent à réclamer leur dû", a expliqué James Smith, représentant de l’Union maritime CFDT et coordinateur de la Fédération internationale des transports (ITF) pour la France, en marge d’une conférence de presse. "En décembre 2003, deux marins du Nurettin Kalkavan retenu à Port-St-Louis ont demandé leur rapatriement en raison des mauvaises conditions de vie à bord, et d’irrégularités de paiement de leurs salaires", a ajouté M. Smith. "Ils ont dû retirer leur demande parce que l’armateur menaçait de les faire arrêter à leur arrivée en Turquie et de les mettre sur liste noire s’ils quittaient le navire", a ajouté M. Smith. Des marins avaient déjà été "harcelés ou menacés" par leurs officiers ou armateurs turcs, sur l’Obo Basak à Dunkerque (en 1997), sur l’Unlu 2 à Sète (1999), le Karaer III à Port-la-Nouvelle (1999) et le CMA-CGM Blida à Marseille (2001), selon le syndicat, qui détaille ces cas dans un rapport transmis aux Affaires maritimes. L’Union maritime CFDT demande une révision de l’accord maritime franco-turc de 1998, selon lequel un marin turc en conflit avec son capitaine doit obtenir l’aval des autorités consulaires turques s’il veut se pourvoir devant la justice française.

Dépêche AFP